ALERTE GAZ... Ils ne renonceront jamais! Total refait une offre de service!


Total prêt à financer un puits d’exploration de gaz de schiste en France, si le gouvernement l’y autorise

 

http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/j_6648878.gife fais partie de ceux qui pensent que jamais ils ne renonceront. Qu’ils ont toujours l’ambition de creuser et de dresser leurs foreuses dans nos campagnes. Je suis de ceux qui prônent la plus grande vigilance et avec de nombreux militants gardent un œil critique sur tous ces fous furieux du gaz à tout prix.

 

 

 

 

 


 

 

Publié le 18/05/2016 dans l’Usine Nouvelle

 

http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/t_6648887.gifotal se dit prêt à financer un puits d’exploration de gaz de schiste sur son permis de Montélimar, éventuellement en s’associant à l’IFPEN et au BRGM. Par ailleurs, le pétrolier juge que l’interdiction des importations de gaz américain serait une erreur pour la compétitivité européenne.

 

Ce 18 mai, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, était reçu par la commission des Affaires économiques du Sénat. Si le thème de l’audition était tourné globalement sur l’avenir de Total et son engagement dans les énergies nouvelles et l’électricité, notamment à travers le rachat du fabricant de batteries Saft, de nombreuses questions des élus ont porté sur le gaz de schiste. Total possède toujours un permis d’exploration, le permis de Montélimar (Drôme). D’abord abrogé par le gouvernement en 2011, la justice l’a rendu au pétrolier début 2016.

"Je ne sais pas s’il y a du gaz de schiste en France et ce n’est pas une posture de dire cela. (…) Ceci étant, je suis prêt à financer une  exploration car ce débat repose sur de mauvaises bases", a affirmé le patron de Total. Aujourd’hui, la loi française interdit l’usage de la fracturation hydraulique, seule technologie permettant l’exploration et l’exploitation de ce gaz non conventionnel. Le PDG reconnaît que la prise d’un permis dans la zone très sensible de Montélimar a été mal gérée et que le groupe "a été pris par surprise" par l’opposition. Une fois que "c’est devenu une affaire d’Etat, il était compliqué de remettre de la raison", selon lui.

 

Associer les instituts publics

 

Lire la suite  --> ICI <--

 



18/05/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres