L’informaticien sud-africain Seymour Papert est décédé.

 

http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/u.gifne information qui ne fera la UNE d’aucun média en vue, alors, qu’il me soit permis de réparer cette injustice.

L’informaticien sud-africain Seymour Papert, co-créateur du langage de programmation « logo », est mort dimanche 31 juillet aux Etats-Unis à l’âge de 88 ans, a annoncé la Fondation logo. M. Papert était l’un des inventeurs de ce langage de programmation simplifié, destiné à enseigner les bases de la programmation aux enfants, et qui a connu un vif succès dans les années 1980.

papert.pngIl était un fervent défenseur de l’utilisation des ordinateurs à l’école, il avait cofondé, avec ses confrères Nicholas Negroponte et Alan Kay, l’initiative « one laptop per child », « un portable par enfant », qui visait à produire des ordinateurs bon marché adaptés à l’enseignement dans les pays en voie de développement. Trois millions d’ordinateurs ont été vendus dans une quarantaine de pays.
« Avec son esprit d’une profondeur et d’une créativité incroyables, Seymour Papert a aidé à révolutionner au moins trois domaines de recherche : la manière dont les enfants s’approprient le monde, le développement de l’intelligence artificelle, et tout ce qui se passe à l’intersection de l’enseignement et de la technologie », a dit le président du MIT, Rafael Reif. « L’empreinte qu’il a laissée sur le MIT est profonde ».




http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/n.gifous avons utilisé ce langage dans l’école que je dirigeais pendant de nombreuses années avec un grand succès et des résultats visibles pour les enfants, notamment les plus en difficulté.

Logo a peu-à-peu disparu des écrans dans l’enseignement français, alors que la formation des élèves était de plus en plus orientée vers un usage pratique des outils bureautiques professionnels (préparation au B2I, actuellement très orientée vers l’utilisation d’outils propriétaires Microsoft…), au détriment de l’apprentissage des rudiments de la programmation. Dommage et quel gaspillage d’intelligence.

 


http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/q.gifuelques mots sur LOGO

Logo est à la fois une philosophie de l’éducation et une famille de langages de programmation en constante évolution qui aident à la mettre en pratique.

Le projet est né à la fin des années soixante de la rencontre entre le courant cognitiviste en intelligence artificielle et des théories sur l’apprentissage issues de travaux de Jean Piaget et de ses conceptions en matière d’éducation. Ces deux volets sont respectivement représentés par ses promoteurs, Marvin Minsky et Seymour Papert — qui sera le moteur du projet —, au sein du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (Laboratoire d'intelligence artificielle et d'informatique) du MIT. L‘appellation, inspirée du grec Logos « parole, discours, intelligence », recouvre, donc, deux concepts étroitement liés quoique distincts : un mode d’apprentissage inspiré des travaux de Jean Piaget sur le développement cognitif de l’enfant et un type d’environnement informatique, à partir d'un langage adapté du LISP spécialement conçu dans une démarche de pédagogie active inspirée des travaux de celui-ci. Il s'inscrit en réaction à une introduction de l'ordinateur dans l'éducation inspirée de l'enseignement programmé.logo.JPG

Sur le plan informatique, Logo est un langage de programmation orientée objet réflexif. Plus lisible que le Lisp, il en est une adaptation, ce qui lui a valu le surnom de « Lisp sans parenthèses ». Essentiellement connu pour la fameuse tortue graphique, mais est également capable de manipuler des listes, des fichiers et des entrées/sorties… ce qui en fait un langage adapté à l'approche des concepts de l'algorithmique, ce dont on pourra trouver un exemple dans les ouvrages Computer Science Logo Style de Brian Harvey, professeur à l'Université de Berkeley.


Bien que langage complet de haut niveau, Logo a été paradoxalement victime de sa tortue - pourtant présente en Pascal - qui l'a cantonnée à une image faussement puérile, ses fonctionnalités de base étaient supérieures aux divers BASIC des années 1980. Il était, à l'époque, un bon marchepied vers la programmation structurée et modulaire et connaît toujours des développements dans le cadre de recherches en intelligence artificielle.

 

 



05/08/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres