Orlando, Les mureaux, Va bien venir le temps ou il faudra dire « c’est eux ou nous » !


http://static.blog4ever.com/2012/01/636480/l.gifes derniers évènements aux USA et en France me plongent dans un abîme de perplexité. A Orlando, 49 victimes dans une boîte de nuit gay, en France un couple de policiers poignardé sauvagement.

 

Ce qui me questionne en premier lieu, ce sont les réactions de la presse et des réseaux sociaux. On a connu dans un passé récent plus enflammé, plus démonstratif dans le soutien. Mais là, peut-être était-il plus difficile d’afficher « je suis gay » ou « je suis policier » ?

 

Pour ma part, je ne suis ni l’un ni l’autre. Lassé de ces petits riens stéréotypés qui voudraient faire croire à une communauté internationale unie. Je ne suis ni l’un ni l’autre, je suis juste un humain déboussolé, horrifié, dont la capacité d’analyse fait naufrage.

 

Nos sociétés, si sures d’elles, avec des politiques qui nous répètent combien ils veillent à notre sécurité, quitte à nous faire avaler les lois les plus liberticides, se montrent incapable de protéger leurs citoyens.

 

Ces deux évènements sont déstabilisants. Deux individus solitaires, passent à l’acte malgré de prétendues mesures de protection sans égales. Deux individus, connus des policiers de chacun de ces deux pays, mais laissés sans la moindre surveillance. Aux Usa, on achète une arme de guerre aussi facilement qu’un pack de bière. En France, il suffit d’un couteau pour mettre fin à la vie de deux membres de la police. Et nous n’avons rien vu venir.

 

Faut-il en déduire que tout ce qui est prétendument tenté pour surveiller les personnes radicalisées avant leur passage à l’acte est vain ? En tous cas, force est de constater que malgré les mesures prises, dont certaines clairement attentatoires aux libertés publique ne parviennent pas à nous protéger.

 

Ce constat est sans doute ce qui rend le plus mal à l’aise. Et si on ne pouvait rien faire contre ces fous furieux qui se réclament d’une religion et d’un dieu pour semer la terreur et la mort.

 

Je fais partie de ceux qui observent et essaient de comprendre. J’ai fait naïvement partie de ceux qui ont essayé d’expliquer les dérives actuelles à la lumière d’une histoire qui ne fut pas glorieuse. Mais voila, une fois que l’on a dit ça… Peut-être faut-il cesser de comprendre et essayer d’agir. Peu importe désormais pourquoi le poison s’est diffusé, aujourd’hui il faut nous en protéger. Nous vivons en compagnie de gens qui veulent notre disparition. Quelle que soit leur justification, elle est nulle et non avenue.

 

Il est désormais une réalité qu’il faut regarder en face : tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais les pires crimes de ces derniers temps sont le fait de personnes qui se réclament de l’islam. L’heure n’est plus à comprendre, mais à combattre. Nos dirigeants doivent cesser de nous faire croire que la solution est dans la surveillance de masse, dans les interdictions qui frappent tout un chacun. La surveillance de masse est au terrorisme ce que les radars automatiques sont à la prévention des accidents. On n’attrape que du menu fretin, monsieur tout le monde pris dans le filet aux mailles trop fines et inadaptées.

 

Police et justice ont besoin de moyens, humains et financiers, et de compétences. C’est difficile et les gesticulations de Cazeneuve comme de l’opposition, Ciotti en tête ne peuvent rien y changer. Nous devons nous mettre à la hauteur de la menace, mais il faut s’attaquer aux vraies cibles, au vrai danger, cesser toute complaisance avec certains discours, certaines prises de positions et avec eux qui les défendent. La République doit reprendre le dessus, la religion, les religions, doivent s’effacer de l’espace public. Certaines idées doivent être déclarées comme non compatibles avec le vivre ici et ensemble.

 

Il faut volonté et courage, refuser tous ces appels à la violence d’où qu’ils viennent.

 

Et va bien venir le temps où il faudra se demander ce que l’on fait de ceux qui franchissent la ligne, qui ne respectent rien de ce qui nous fonde et nous unit.

 

Va bien venir le temps ou il faudra dire « c’est eux ou nous » !

 

 



14/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres